Engel & Völkers > Blog > De danseur professionnel à professionnel de l'immobilier : entretien avec Oliver Tienken

De danseur professionnel à professionnel de l'immobilier : entretien avec Oliver Tienken

Danseur professionnel acclamé, mannequin international, membre du jury de télé-crochet, Oliver Tienken a déjà revêtu différents rôles remarquables au cours de sa carrière professionnelle. Â l’âge de 39 ans, il s’essaie aujourd’hui à un tout nouveau domaine en tant que conseiller immobilier. Dans cet entretien, M. Tienken explique pourquoi il a justement été attiré par le secteur de l'immobilier et pourquoi il ne pouvait choisir qu’Engel & Völkers comme employeur : 

 Hamburg
- Entretien avec le danseur professionnel Oliver Tienken : pourquoi est-il devenu à 39 ans conseiller immobilier et veut conquérir ce secteur.

Bonjour M. Tienken, racontez-nous s'il vous plaît, ce que vous faisiez avant Engel & Völkers.

O.T. : Parler de ma carrière n’est pas si simple, car j’ai fait tellement de choses différentes. Dans ma jeunesse, j’ai beaucoup dansé à l’époque de mon bac et du service civil, je suis devenu champion d’Allemagne, champion d'Europe et, à la fin, même champion du monde. Après cela, j'ai bien sûr acquis toutes les certifications possibles pour pouvoir travailler en tant que juge et entraîneur. J’ai travaillé pendant de nombreuses années dans des écoles de danse.

Vous êtes également connu grâce à de nombreuses émissions de télévision, comme Curvy Supermodel, Das perfekte Dinner ou Promi Shopping Queen. Comment êtes-vous arrivé dans le show business ? 

O.T. : C’était en 2003. À l’époque, je participais à un show télé, appelé Star Search et qui était présenté par Kai Pflaume. Une amie m'a inscrit à l’émission parce que comme danseur j’avais continuellement besoin d'argent. J’avais constamment besoin de nouvelles tenues de compétition et je devais voyager dans le monde entier. À la fin, la chance m’a souri et j'ai remporté la première place. 

Après cela, je souhaitais cependant élargir mon portefeuille et j'ai donc fait des études en management du sport pour allier ma passion pour la danse à des compétences professionnelles. J’ai ensuite participé au spectacle Let’s Dance avec Brigitte Nielsen. En plus des cours de danse et de mes apparitions dans diverses émissions à la télé, j’ai également travaillé comme mannequin pour une agence, ici à Hambourg. Cependant, à un moment donné, j'avais l’impression qu’il me manquait quelque chose.

Comment avez-vous entendu parler d’Engel & Völkers ?

O.T. : À l’époque, je dirigeais et gérais une école de danse. Un jour, j’ai eu l’opportunité de pouvoir acheter l'école, car la propriétaire était déjà très âgée. Cependant, pour moi, il n’en était pas question. Durant cette période, j’ai étudié pendant quatre ans toutes les offres d'emploi d’Engel & Völkers. Je connaissais cette société, comme également beaucoup d'autres. Je n’avais seulement pas le courage de postuler, car je pensais n’avoir tout simplement aucune base pour entrer dans ce genre d'activité et j’avais peur d'échouer lamentablement.  

Pourquoi avez-vous donc finalement postulé ?

O.T. : Cela est arrivé grâce à l'émission télé Curvy Supermodel, pour laquelle j'étais membre du jury. Je répétais toujours aux participantes que l’on doit poursuivre ses rêves et ses objectifs, jusqu’à ce que je me rende compte que je n’en faisais pas autant pour moi-même. Pendant des années, je suis passé d'un emploi à l’autre et il y a plein de choses que je n’ai tout simplement pas osé faire. Et j'ai toujours voulu travailler dans une société de renommée mondiale, pour ne pas toujours être seulement considéré comme le « garçon de la télé », mais pour que l’on me reconnaisse également comme homme d'affaires sérieux. Curvy Supermodel a été comme une sorte de miroir et m’a donné le courage de postuler. 

Il y a plusieurs entreprises internationales à Hambourg, pourquoi avez-vous opté pour Engel & Völkers ?

O.T. : Durant ma carrière, j'ai occupé de nombreux bons emplois. Financièrement, j’avais souvent des hauts et des bas et mes revenus étaient aléatoires. Et en tous cas, je savais que si je devais à nouveau postuler et entreprendre quelque chose de complètement nouveau, j’aurais opté pour la première adresse. Je n'ai donc préparé qu’une seule candidature et ce fut celle destinée à Engel & Völkers. J’ai vu qu’il y avait l'Academy, que l’on peut s’y former et se préparer pour ce travail. Ce fut donc clair pour moi dès le départ : ici ou nulle part ailleurs.  

D'où vient cette passion pour les biens immobiliers ?

O.T. : Je viens de la campagne et j’ai grandi dans une ferme. Mes grands-parents et de temps à autre mes parents étaient agriculteurs, jusqu'à ce que mon père se reconvertisse. La ferme de mes grands-parents a ensuite été vendue et mes parents ont construit une nouvelle maison. J’avais 10 ans à l'époque et cela m’a fasciné : la manière dont se déroule la vente d’une maison, la fierté de construire une nouvelle maison soi-même, pierre après pierre, et d’autres choses comme ça. Plus tard, dans mon premier appartement en location, je me suis souvent demandé si cela avait un sens ou non d'acheter l'appartement. Je consulte toujours souvent les portails Internet, pour voir ce qui se passe sur le marché immobilier, parce que ça me plaît. 

Y a-t-il des enseignements du monde du spectacle pouvant être utiles dans le secteur du courtage ?

O.T. : En fait, les relations publiques, les discours fréquents face aux personnes et la capacité d’aborder les personnes, faisant partie intégrante du show-business, m’aident à surmonter les obstacles dans mon activité de conseiller. Je pense que je peux affronter avec plus d’assurance les situations qui sont nouvelles et me sont peu familières. Vous ne vous rendez donc heureusement pas tellement compte si je suis nerveux. Je m’en sors très bien dans ces moments-là. 

Dans le show-business, les médias sociaux constituent une partie importante du travail. Qu’en est-il dans le secteur de l’immobilier ? 

O.T. : C’est bien de pouvoir partager des choses avec mes followers, qu’il s’agisse de sport, d'alimentation ou de mon quotidien. Je reçois toujours un nombre incroyable de questions et de commentaires. En ce qui concerne mon travail comme conseiller immobilier, j’imagine qu'il sera très important à l'avenir d'utiliser les médias sociaux. Je pense que l’on peut enthousiasmer et attirer des personnes. Il y a des personnes provenant de mon cercle d'amis qui m’ont contacté, car ils recherchaient, par exemple, un espace commercial. 

Votre profil Instagram a une claire identité visuelle. Comment choisissez-vous les éléments que vous postez ?

O.T. : Il ne s'agit que d’un pur hasard. Je ne réfléchis pas tellement à quelles images publier, et à quand et comment je les posterai. Bien sûr, j’ai la chance de connaître beaucoup de photographes qui me procurent souvent du matériel professionnel. 

Prof de danse, conseiller immobilier et podcasteur, comment conciliez-vous tout cela ?

O.T. : En fait, tous les soirs (excepté le lundi), après mon travail chez Engel & Völkers, je me rends dans mon école de danse. Même le week-end, j’y passe six heures chaque jour. En semaine, je suis généralement de retour à la maison vers minuit. Mais je mènerai cette double activité seulement jusqu'en avril, pour pouvoir ensuite me consacrer entièrement à Engel & Völkers. 

Nous vous souhaitons beaucoup de succès !

Contactez-nous dès maintenant
Engel & Völkers
  • Vancouverstraße 2a
    20457 Hamburg
    Allemagne
  • Fax: +49(0) 40 36 13 10

NOUS CONNAISSONS LA VALEUR DE VOTRE BIEN IMMOBILIER

Connaissez-vous la valeur actuelle de votre bien? Nos agents experts en immobilier font une estimation gratuite et sans engagement de votre bien.

Suivez-nous sur les médias sociaux