Engel & Völkers Paris > Blog > Acheter un château en France, un bon investissement ?

Acheter un château en France, un bon investissement ?

Avec plus de 40 000 châteaux répartis sur tout son territoire national, la France est un pays qui bénéficie d'un patrimoine architectural unique. De fait, nombreux sont ceux qui caressent le rêve de devenir propriétaire de l'un d'eux, et de mener cette vie fantasmée de châtelain. Toutefois, même si l'acquisition d'une telle propriété n'est désormais plus l'apanage des grandes fortunes, il convient de se poser les bonnes questions avant de se lancer dans ce genre de projet qui est tout sauf anodin.

Acquérir un château en France, un projet à la portée de toutes les bourses ?

Bien évidemment, l'un des premiers aspects qui sera scruté par le potentiel acquéreur d'un château concerne son coût à l'achat. De ce point de vue, la balance penche plutôt actuellement en faveur des acheteurs. Depuis le crise immobilière de 2008, les agences estiment en effet que les prix ont chuté d'environ 30 % sur ce marché. De fait, un nombre croissant de châteaux sont en vente, ce qui de fait place de potentiels acheteurs dans un rapport de force positif. Ainsi, la conjoncture actuelle est globalement favorable à ce type d'opérations immobilières.

En ce qui concerne les prix à l'achat, ils peuvent varier de 500 000€ à plus d'1,5M€, selon le bien concerné. En effet, de nombreux critères entrent en compte, qui peuvent faire considérablement varier la valeur d'un château. C'est le cas par exemple de l'état global de la propriété qui induira ou non des rénovations à effectuer, à prendre en considération au moment de l'achat. De même, la situation géographique est également un critère très scruté par les acquéreurs. Par exemple, trouver un bien en Île-de-France ou près des littoraux relèvera probablement de l'exploit, tandis que des régions comme le Poitou-Charentes ou l'Auvergne seront plus accessibles.

 Paris
- Bien disponible à la vente chez Engel & Völkers
E&V ID : W-02G68F

Mettre en place un modèle financier autour d'un château, un impératif


Il va sans dire qu'être propriétaire d'un château génère des charges colossales. Avec une surface habitable en général supérieure à 400 mètres carrés et un parc qui peut comprendre plusieurs hectares, les dépenses d'entretien peuvent vite monter en flèche. Que ce soit la plomberie, la toiture, l'assainissement, l'aménagement global des pièces et des sols, l'entretien du jardin et des allées, ces coûts sont estimés annuellement à entre 1 et 1,5 % du prix d'achat du bien. Ces éléments sont donc à ne pas négliger pour qui souhaite devenir châtelain. Sans parler du temps qu'il est impératif de dédier à un tel projet.

Pour financer ces dépenses, beaucoup de propriétaires tentent de générer des revenus financiers de leur propriété. Cela peut par exemple passer par l'organisation de visites payantes de l'édifice, par l'organisation d'événements de type mariage ou autre célébration, ou encore par l'aménagement de chambres d'hôtes. Souvent, ces rentrées d'argent permettent de compenser tout ou partie des charges induites par le bâtiment, qui peuvent représenter entre 30 000€ et 1M€ par an selon le type de château. Le châtelain devra donc se montrer proactif afin que sa propriété ne devienne pas un fardeau trop lourd pour ses épaules.

Château d'exception

Être propriétaire d'un château en France donne droit à un régime d'aides fiscales


Afin de promouvoir l'entretien et la mise en valeur de son patrimoine architectural, l'Etat français a mis en place toute une série d'aides et d'avantages fiscaux qui bénéficient aux propriétaires de châteaux. Tout d'abord, la loi dite Malraux accorde au contribuable une réduction d'impôt pour tous les travaux de restauration engagés sur le bâtiment. Si l'édifice est situé en secteur sauvegardé, son propriétaire peut ainsi déduire 30% du coût des travaux engagés, dans une limite de 100 000 euros par an. Pour les châteaux situés en Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain ou Paysager (ZPPAUP), la réduction d'impôt passe à 22 %.

De même, les propriétaires qui choisissent de faire classer leur bien aux Monuments Historiques (MH) ou à défaut à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques (ISMH) se voient offrir un certain nombre d'avantages importants, tels qu'un ensemble de subventions publiques, une déduction possible des charges foncières afférentes à la propriété, ou encore une exonération de droits de succession ou de donation dans le cas où le repreneur du château ne fait pas partie de la famille du propriétaire. Ce peut donc être un coup de pouce très utile pour alléger la charge des dépenses liées à l'entretien d'un château.

Acheter un château en France, un bon investissement ?


Au bout du compte, l'achat d'un bien d'exception tel qu'un château ne doit pas être appréhendé en tant qu'un investissement sur l'avenir. En effet, il s'agit très rarement d'une opération rentable dans le temps. Il représente plutôt un achat de cœur, motivé par la passion d'un potentiel acquéreur pour la vieille pierre et le patrimoine historique de notre pays.
Contactez-nous dès maintenant
Engel & Völkers
Paris

NOUS CONNAISSONS LA VALEUR DE VOTRE BIEN IMMOBILIER

Connaissez-vous la valeur actuelle de votre bien? Nos agents experts en immobilier font une estimation gratuite et sans engagement de votre bien.

Suivez-nous sur les médias sociaux