Bienvenue à Saint-Barths!

Ce fut le coup de foudre, lorsque David Matthews, il y a plus de vingt ans, découvrit le légendaire « Eden Rock » en arrivant dans la baie de Saint-Jean. L'hôtel sur l’impressionnant promontoire rocheux faisait partie des 100 meilleurs hôtels au monde jusqu’à ce qu’il fut presque complètement détruit par l’ouragan Irma en 2017. L'hôtel a cependant été entièrement rénové et à réouvert ses portes sans avoir perdu sa splendeur d'origine. L’entrepreneur anglais, dans sa vision d’aventurier, transforma sa maison en l’un des plus beaux endroits de cette île glamour des Caraïbes.

Hamburg - L’hôtel Eden Rock, détruit à 2 reprises par des ouragans, a été reconstruit par son propriétaire, David Matthews. Entretien avec l'hôtelier :

Bienvenue à Saint-Barths ! 

L’aventure à Saint-Barth commence dès l’approche. Le petit avion à hélice survole une col-line, puis, dans un plongeon se dirige vers la piste. Elle est terriblement courte et se ter-mine dans la mer turquoise. On retient son souffle, puis le pilote pose l’appareil et l’immobilise juste à temps pour ne pas finir les pieds dans l’eau. Seuls les pilotes disposantd’une licence spéciale peuvent atterrir ici...

Bienvenue à Saint-Barthélemy, Saint-Barth pour les intimes. L’île représente beaucoup pour bon nombre de personnes. 21 kilomètres carrés d’un paradis naturel, lieu de retraite pour les riches et super riches, et lieu de fêtes pour le Beau Monde. Leonardo DiCaprio y séjourne régulièrement, tout comme Beyoncé et Sharon Stone. Bill Gates y possède une maison, et Paul McCartney se remet avec sa femme numéro trois de ses déboires avec la numéro deux. Pourquoi viennent-ils tous ici ? L’île est belle et l’ambiance est décontractée.

L’infrastructure est bonne, la criminalité est inexistante. Des facteurs importants pour les nombreux visiteurs aisés de l’île. Ici, personne ne se retourne au passage d’une célébrité. L’offre hôtelière est rare mais de bon standing. La plupart des vacanciers louent une maison. Mais il faut compter pas moins de 10 000 euros la semaine pour s’offrir ce plaisir.

L’île fait partie des petites Antilles et fut découverte en 1493 par Christophe Colomb qui la baptisa en hommage à son frère Bartolomeo. L’île appartint ensuite à la France jusqu’à ce que Louis XVI ne la vende au roi de Suède Gustave III. Depuis lors, la capitale, un petit port pittoresque, a pris le nom de Gustavia.

Une bonne raison pour le roi Charles Gustave et la reine Silvia de séjourner régulièrement sur l’île, même si Saint-Barth redevint française en 1877. Les Caraïbes riment aussi avec haute cuisine. Nulle part ailleurs dans les Caraïbes, on ne mange aussi bien qu’à Saint-Barth. Régulièrement, des chefs étoilés viennent de France pour préparer des délices culinaires et régaler les papilles des clients les plus exigeants. Sans réservation, il est difficile de trouver une table dans l’un des 60 restaurants de l’île. Un déjeuner avec David Matthews dans son hôtel Eden Rock relève donc de l’exploit. Et quelle expérience formidable ! Grand, sportif et à l’allure décontractée dans son polo, il nous reçoit pour un déjeuner au restaurant de la plage de l’Eden Rock et commande « le meilleur vin blanc que nous ayons ». Cela ne sonne pas pompeux, mais tout simplement sincère. David Matthews, d’origine anglaise, a donné une nouvelle vie au légendaire hôtel Eden Rock, niché sur un gros rocher en mer dans la baie de Saint-Jean.

Hamburg - L’hôtel Eden Rock, détruit à 2 reprises par des ouragans, a été reconstruit par son propriétaire, David Matthews. Entretien avec l'hôtelier :

Destruction et reconstruction 

I l y a une vingtaine d’années, il découvrit cet endroit saisissant en arrivant dans la baie à bord de son yacht. L’âge d’or de l’Eden Rock, situé au milieu des années 1990, appartenait clairement au passé.

L’hôtel et ses dépendances étaient en piteux état. Et pourtant, David Matthews imagina tout de suite le potentiel du lieu. Ce mécanicien qualifié du Yorkshire, avait fait fortune grâce à une société de transport par autocars. « Quel coup de chance » se souvient le Britannique rétrospectivement. « J’avais vendu une partie de mon entreprise. Ma famille et moi étions prêts pour une nouvelle aventure. » Et ils n’ont pas été déçus ! David, sa femme Jane et leurs quatre enfants déménagèrent de Londres pour s’installer sur les rochers des Caraïbes. Les sacs n’étaient pas encore déballés lorsque l’ouragan Luis, la plus violente tempête de ces dernières années, s’abattit sur la région. Pendant 48 heures, des vents allant jusqu’à 220 km/h ravagèrent l’île. David et sa famille trouvèrent refuge dans des abris bien protégés et barricadèrent les portes avec leurs bagages et de vieux sommiers. A-t-il regretté son déménagement à cet instant ? « À aucun moment » explique David en souriant. « Et l’ouragan fut même une expérience amusante. Alors que nous nous épuisions à essayer de protéger les toits, la tempête faisait rage autour de nous. » La famille passa les dix années suivantes à restaurer l’hôtel. David

Matthews planifia et supervisa la construction et l’expansion du bâtiment. Jane Matthews s’occupa de l’aménagement intérieur en donnant une identité unique à chaque pièce. Il y a encore deux ans, le couple Matthews (les enfants ont quitté le domicile familial depuis longtemps) vivait aussi à hôtel, allant de chambre en chambre, de suite en suite, en fonction des disponibilités. David Matthews assure que « C’était la meilleure façon de tester les chambres pour nos clients. »

2014, il s’est associé avec le groupe allemand Oetker Collection, qui possède déjà des établissements prestigieux comme le Brenners Park-Hotel à Baden-Baden et l’hôtel du Cap-Eden-Roc au Cap d’Antibes. Une armée entière d’employés attentionnés du groupe Oetker s’occupent du bien-être des clients. Pour David Matthews, c’est enfin l’occasion de vivre un peu plus calmement.

Des hôtes d'exception

Mais quelqu’un d’autre est aussi à l’origine de l’Eden Rock. Il s’agit de Rémy de Haenen, un personnage tout à fait unique. Aventurier, gentleman et contrebandier. Et également pilote émérite. Sous l’œil admiratif des insulaires et de quelques chèvres, il réussit à faire atterrir en 1945 le premier avion sur une zone herbeuse et cahoteuse de la baie de Saint-Jean. Né à Londres, fils d’un père hollandais et d’une mère française, Rémy de Haenen acheta le rocher pour seulement 200 $ et commença à construire de ses propres mains la première maison d’hôtes sur l’île qu’il baptisa « Eden Rock ». Et comme c’était un homme à la personnalité éblouissante et un hôte charmant, il ne tarda pas à attirer le Beau Monde de l’époque dans son hôtel : Bégum Aga Khan, Johnny Weissmüller, Jacques Cousteau, Greta Garbo et les Rockefellers. David Rockefeller tomba tellement amoureux de l’île, qu’il décida, dans la pure tradition de la famille Rockfeller, d’y acheter une immense propriété et d’y bâtir une villa majestueuse bientôt célèbre pour ses légendaires soirées mondaines, ce qui contribua à attirer encore plus de personnes riches et célèbres. Ce fut la naissance de Saint-Barth comme la Mecque de la jet set.

La maison de vacances la plus chère de l’île est la Villa Rockstar, qui appartient à l’Eden Rock. D’une superficie de 1 500 mètres carrés, située directement sur la plage, à l’abri des regards indiscrets derrière un jardin privé et disposant d’une piscine à débordement, la Villa blanche peut accueillir jusqu’à 12 personnes.

La villa se loue 15 000 euros par jour. Leonardo DiCaprio y passe chaque année le nouvel an. Lors des deux dernières semaines de l’année, Saint-Barth autrement si tranquille se transforme en une île branchée pour faire la fête. Dans le port de Gustavia, les yachts de luxe sont ancrés les uns à côté des autres, alignés comme sur un collier de perles. Et l’oligarque Roman Abramovitch ouvre sa maison pour 400 invités, parmi lesquels figurent des célébrités d’Hollywood comme Gwen Stefani, Lindsay Lohan et Beyoncé. La quiétude revient seulement après le nouvel an...

Contactez-nous dès maintenant

Engel & Völkers Blog
E-mail
Retour
Contactez-nous
Veuillez saisir vos coordonnées ici
Merci de l'intérêt que vous portez à notre société. Nous vous contacterons immédiatement.

Votre équipe Engel & Völkers
Salutation
  • M.
  • Mme.

Vous pouvez savoir quelles données sont enregistrées et qui y a accès ici. 
J'accepte l'enregistrement et l'utilisation de mes données selon la déclaration relative à la protection des données et autorise le traitement de mes données au sein du Groupe Engel & Völkers pour répondre à mes demandes de contact ou d'information. 
Je peux révoquer à tout instant mes autorisations pour l'avenir.

Envoyer maintenant
Array
(
[EUNDV] => Array
(
[67d842e2b887a402186a2820b1713d693dd854a5_csrf_offer-form] => MTM5MjE5NzU3NkJ4d29xancwTDVhZWFIRzEycXAxcW9SdElHdVBqMTdV
[67d842e2b887a402186a2820b1713d693dd854a5_csrf_contact-form] => MTM5MjE5NzU3NnlHcUR0Y2VlTXVPUndLMHZkMW9zMnRmRlgxaUcwaFVG
)
)